Trail la Romeufontaine

Publié le par Lucien Brain

Trail la Romeufontaine

Marie et Fabien ont participé au trail de Font-Romeu, voici leur compte-rendu :

"A peine renttrés et déjà la montagne nous manque, mais on avait anticipé en s'inscrivant au trail blanc de Font Romeu lors de nos derniers jours d'errance à Katmandou au mois de décembre, et en se demandant si vraiment la course pourrait avoir lieu, mais sur le site de l'organisation rien à signaler si ce n'est de bien se couvrir.

On arrive samedi après midi pour le retrait des dossards au village des exposants et les organisateurs nous mettent directement dans le bain : sifflet et couverture de survie obligatoire pour tous les coureurs, jambes, tête et bras couverts. Après cette vérification obligatoire de l'équipement on file chez nos hôtes.

Dimanche matin au premier coup d'oeil par la fenêtre, il neige... notre hôte propose de nous emmener avec sa petite panda jusqu'à Font-Romeu, sur le trajet nombre de coureurs s'échauffent en mettant les chaines...

Le quart d'heure d'attente sur la ligne de départ aura certainement été un des moins agréable de notre jeune carrière de coureur, il fait - 4 degrés et la neige nous fouette le visage... Une fois partie on se réchauffe malgré tout assez vite. Un dernier bisou à Marie et je commence ma folle remontée. On part dans les derniers et on se retrouve parfois bloqué lorsque le tracé se transforme en monotrace et quand on essaye de doubler notre jambe s'enfonce d'un seul coup jusqu'au genou, on y lâche vite beaucoup d'énergie. Dès le début du parcours on attaque les 850 mètres de dénivelé positif à travers les bois et les arbres enneigés pour atteindre le refuge de la calma à 2110 mètres pour un premier ravitaillement. La montée n'est pas terminée et on continu dans 10 à 20 centimètres de neige fraiche jusqu'au point culminant à 2200 mètres avant d'attaquer une longue descente par une piste noire. Au milieu de cette descente où la neige est un peu plus dammée je croise les coureurs en tête de course et je comprends alors qu'il va falloir remonter cette pente dans l'autre sens... la montée s'avère vraiment ardue, beaucoup de coureurs sont équipés de chainettes sous leurs chaussures mais pour nous il faut enfoncer le pied et se faire des marches pour éviter que notre pied glisse à chaque pas. Les restes de notre expérience himalayenne me permette quand même de grimper à un très bon rythme avant d'attaquer la descente. A ce moment de la course on se dit qu'on a fait le plus dur, mais c'est sans compter l'enneigement de la fin du parcours qui traverse des bois en monotrace où là encore on s'enfonce parfois jusqu'au genou. On rejoint finalement une piste pour le dernier kilomètre avant une arrivée au centre sportif Colette Besson pour une belle et surprenante 33ème place en 3h et 30 secondes. Marie termine en 4h et 25 minutes et 12 secondes pour une 467 ème place. Certainement la course la plus dure à laquelle nous ayons participé."

.

 

 

...

.

 

Publié dans Résultats

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article