100Km de Chavagne

Publié le par Robert CLISSON

 

    Et oui depuis le temps que j'en parlais c'est fait mais non sans difficulté, encore un grand merci à Claude pour ses très précieux conseils en tant que spécialiste en la matière et aussi pour sa patiente et sa gentillesse. Et merci aussi à la famille, mes sœurs, mes beau frères (dont un trompettiste qui m'a accompagné en soufflant dans le clairon sur au moins 200M!!!), mes neveux et nièces et leurs enfants et Julien et Patricia qui m'ont soutenu, ça m'a fait chaud au cœur. J'ai laissé le soin à Claude de faire le compte rendu de cette journée dont voici le récit. J'allais oublier, merci aux collègues du club pour leurs encouragements, ça m'a fait très plaisir.

Le compte rendu de Claude:  

" Les 100 km de Vendée.

Samedi 31 mai a eu lieu les 100 km de Vendée. Ce 100 bornes est organisé par l’association des 100 km de Vendée et a lieu dans la petite ville de Chavagnes-en-Paillers. En 2015 le championnat de France de cette distance aura lieu ici. Trois courses avaient lieu conjointement : le 100 km avec un départ à 5h00, un marathon individuel et un marathon en relais avec un départ à 7h00. Le circuit des 100 km s’étend de Chavagnes-en-Paillers à la forêt de Grasla. Il se compose d’une toute petite boucle de 724 m autour du complexe sportif et de 6 boucles de 16,546 km avec très peu de dénivelé propice à de belles performances.

Equipé de sa frontale, de sa gourde, d’une super dose de volonté et d’un mental d’acier et par une température relative fraîche (8°) notre ami Robert s’élança avec ses 169 autres concurrents sur cette distance si mythique. Les accompagnateurs à vélo ne sont autorisés à rejoindre leur coureur qu’à la fin de la 1ère boucle de 16 km. Trois ravitaillements ponctuent le circuit : le chêne Chevreux, la ferme de Ste Marie tenu par « Les Kékés du Bocage » toujours aussi bien décoré et sympathique et celui de l’arrivée. Des postes d’épongeage étaient également disposés entre les postes de ravitaillement. J’ai plaisir à retrouver Robert après moins de 2 heures de course et qui me contera que cette 1ère boucle se fit dans la brume avec une traversée d’une partie de la forêt de Grasla éclairée par des lampions mais qu’il ne trouvera pas longue car les concurrents n’étaient pas encore éparpillés à cette heure là. Nous voilà donc de nouveau ensemble et tout va bien. Robert se connaissant bien maintenant grâce à l’expérience acquise  sur ses différentes  grandes courses (50km de la forêt de Mervent, le 46 km de l’Aubrac, la Saintélyon) est parti prudemment. Je me plains pas car j’en ai pas le droit mais je me « caille » sur ma bicyclette pourtant je suis équipé comme un esquimau. Au fil des heures la température monte au bonheur de l’esquimau mais au grand dam de mon ami bipède. Nous voilà déjà à la distance du marathon en 4h37.  Au environ du 52ème un petit « coup de mou » viendra perturber l’allure régulière tenue depuis le départ.  Un peu de solide pris au ravitaillement fera son effet. Une nièce à Robert était sur un poste d’épongeage prétexte à toute la famille d’être là pour l’encourager et de se retrouver autour du barbecue. Même Michel, le beau frère pas sportif pour un sous mais un joyeux luron couru en soufflant dans la trompette pour l’encourager. Nous approchons du 75ème et nouveau coup de pompe mais celui-là plus sérieux. Nous prenons le temps nécessaire et la fatigue se fait sentir, normal à ce kilométrage. La tentation est grande d’essayer la méthode des 3 G pratiquée par le dernier centbornard du club « l’ami Blanblanc » mais Robert ne peut plus rien avaler depuis un moment et une tranche de pâté de Goret sur un morceau de pain l’aurait fait vomir. Son coup de pompe vient de cette difficulté et beaucoup de coureurs y sont confrontés sur les longues distances. Malgré tout il faut s’alimenter un peu, la vache qui rit sur un morceau de pain fera l’affaire avec 2 ou 3 abricots secs et nous repartons en marchant le temps que l’énergie revienne. Tout doucement, ça revient et Robert repart.  Nous retrouvons une nouvelle fois la famille qui lui fait la fête au passage. Julien son fils, venu de la région parisienne spécialement pour l’événement, lui fera l’honneur de l’accompagner en vélo sur les derniers kilomètres et c’est toujours une grande joie pour un papa d’être accompagné par son fils. L’arrivée est bientôt là, le moral est toujours bon malgré la fatigue et les derniers kilomètres se feront à une allure plus rapide que la moyenne de la 1ère boucle. Robert se paiera même le luxe de sprinter car un concurrent a voulu le doubler dans les 200 derniers mètres.  Non mais !

Merci pour les messages que vous lui avez adressés, merci à la famille de Robert si sympathique. Robert tu peux être fier de ta performance, grâce à ta bonne préparation et à ta volonté tu as franchi la ligne d’arrivée dans de bonnes conditions.  Reste à trouver la bonne alchimie pour t’éviter les problèmes gastriques. Tu es un maintenant un centbornard et bienvenue dans la famille.

99ème en 12h39’33  -  moyenne : 7,90   -  127 classés sur les 170 partants.

Temps du 1erhomme : 7h12’58 Régis RAYMOND, 3 fois vainqueur à Chavagnes et 1èreféminine : Gwenaëlle GUILLOU : 6ème au scratch en 8h18’02 "

 

100Km Chavagne Robert et Claude  

Avant le départ

100Km-Chavagne-Robert.JPG  

Et oui avec le sourire et encore frais, mais ça ne va pas durer.

100Km-Chavagne-Robert-et-Julien.JPG

Avec Julien et beaucoup moin frais 

100Km-Chavagne-arrivee.JPG

  Le sprint final et surtout ne pas se laisser griller non mais!!!! 

 

 

Publié dans Résultats

Commenter cet article